CAE working paper in French on the Madagascar apparel export sector

New working paper from the Africap project, by Lindsay Whitfield and Cornelia Staritz

Les enterprises africaines dans les chaînes de valeur mondiales du vêtement: stratégies de valorisation, réseaux diasporiques et marchés de niche à Madagascar

Au XXIe siècle, intégrer les chaînes de valeur mondiales et attirer les entreprises étrangères constitue la méthode privilégiée par les pays en développement pour initier un processus d'industrialisation tourné vers l'exportation. Cet article souligne combien il est important, pour la littérature relative aux Chaînes de Valeur Mondiales et aux Réseaux de Production Mondiaux, d'ouvrir la « boîte noire » que représente le fournisseurs, afin de mieux appréhender les stratégies de valorisation propes aux fournisseurs, ainsi que les processus à la fois complexes et risqués que cela implique pour ces entreprises en matière d'acquisition de savoirfaire et de reforcement de compétences. Cela permet d'analyser le rôle des entreprises locales dans le processus d'industrialisation, les défis particuliers liés au renforcement des compétences, à la compétitivité et à l'insertion dans les chaînes de valuer mondiales, ainsi que les éventuelles procédures d'apprentissage pour les entreprises locales. Cet article, qui adopte une approche empirique, s'intéresse plus particulièrement au secteur de l'exportation de vêtements à Madagascar. Il se base sur des données que nous avons collectées dans le cadre d'une enquête auprès des entreprises, qui visait à mesurer les capacités technologiques importantes, mais que leurs performances et leurs processus de valorisation sont différenciés selon le type de propriétaire et les lignes de produits. Ces processus de renforcement des compétences sont le résultat de deux facteurs: d'une part, la spécialisation des entreprises locales dans des produits de plus grande valeur et des produits de niche, qui autorisent de plus grandes marges d'erreur dans le processus d'apprentissage; d'autre part, le transfert de technologies et l'acquisition de saboir-faire ayant lieu dans le cadre de connexion diasporiques avec des entreprises locales et des entreprises étrangères mieux implantées.

 

Lindsay Whitfield is Professor (MSO) in Global Studies, Department of Social Sciences and Business, Roskilde University.

Cornelia Staritz is Tenure-track Professor of Development Economics in the Department of Development Studies, University of Vienna, Austria.